Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 19:11
Salles sur Garonne, comme en 2019.
Salles sur Garonne, comme en 2019.
Salles sur Garonne, comme en 2019.
Salles sur Garonne, comme en 2019.

Salles sur Garonne, comme en 2019.

 

A 7h04 le Perkins piloté par Damien quitte l'allée des Tilleuls et s'élance sur la départementale vers Sainte-Croix. La pluie est dense et durera jusqu'après 10heures. Damien n' a pas souhaité endosser le ciré-oh mer impérieuse- et ne pouvant passer entre les gouttes, sera trempé comme un canard. Au moins les pneus du tracteur se seront bien lavés. Derrière, la “Citron” suit silencieusement avec les jeunes passagers Benjamin, Marie et son frère Valentin. Bien sûr, la mascotte est dans son compartiment arrière.

Sitôt la cahoteuse avenue René Plaisant franchie, le Renault tourne à plein régime. La vitesse s'établit aux alentours de 23/24 km/h. Avant d'arriver à Sainte-Croix il n' y a qu'un seul ralentissement au feu rouge à l'endroit des travaux après Montardit. A Sainte-Croix, c'est la moitié du trajet 23km, très légère baisse de régime à la sortie puis au dos d'âne du Plan, et aux ronds points à la sortie de Cazères. Après deux heures 4mn de trajet voici Salles sur Garonne. Ce sera le 22 -ème tracteur arrivé. Il y en aura en tout 25.

Après les salutations d'usage la joyeuse troupe ingurgite un somptueux petit déjeuner préparé par maître Eric. C'est la même équipe qui se retrouve après plus d'un an sans sorties ou foires agricoles.  

Peu après 10 heures, le temps s'est levé, Eric invite les participants à faire un tour du village en tracteur. Son petit SOM 20 et sa jolie bétaillère ouvrent le bal. Les autres suivent le guide et devinez qui escorte le convoi de son trot inaltérable? La mascotte Cybèle qui pendant plus d'une heure sans le moindre signe de fatigue ne perd pas de vue son maître et se charge de faire ralentir les automobilistes. Les trois jeunes lascars ont pris place sur un 137, un Fiat et le Renault. Le Cub de Jean-François ( c'est une des rares fois que l'on en voit dans les sorties) fait de son mieux, est distancé plusieurs fois par ses congénères et finalement petit à petit rattrape le peloton. L'histoire du lièvre et de la tortue ne se réédite-t-elle pas?

Après le retour, encore quelques instants de papotage aurour des beaux matériels et vient l'heure du repas.

Le comité des fêtes accueille bien. Désormais la fête de début juillet semble inscrite dans les faits, c'est aussi celle des tractoristes.

Un bon moment après le dessert, Eric invite ceux qui le désirent à faire un deuxième tour du village. Tout le monde suivra. Le patelin est vraiment mimi tout plein. Les maisons sont belles, bien fleuries et la plupart des habitants ravis de voir une si sympathique assemblée juchée sur ces matériels d'antan, sourient, prennent des photos et applaudissent.

Regardez, chuchote à ses passagers le conducteur du 7012; je vais faire le test de l'embrayage: appui sur les freins au maximum et forte accélération. Le moteur régule, rugit et fume mais ne cale pas. L'embrayage tient bon. L'assistance ébahie, se retourne vers l'engin orange. Quelques uns se demandent s'ils ne viennent pas d'assister à un test du Nebraska! Fabuleux, non?

Bientôt, lorsque la place de la mairie est regagnée les tracteurs vont rejoindre leur logis. Yves embarque son magnifique Same Saturno attelée à une rare charrue Naud sur son camion. Les autres sont venus par la route, de Saint-Michel, de Saint-Elix, de Longages, de Beaumont sur Lèze, de Mondavezan, de Saint-Cristaud, de Peyssies, de Martres Tolosanne et de Saint-Girons.

Guytou lève l'ancre, Jacques et son colistier de même avec leurs superbes F137 et 37 MF, André au volant de son Bolinder, Jean-Marc Casonato et son Som 511 comme neuf, Didier fidèle à son Someca.

Après des aurevoirs chaleureux les Saint-Gironnais larguent les voiles à 16h59. Fait exprès, le retour est un copié collé du matin. Le vaillant Perkins régulier comme une horloge ne bronche pas.

Damien se tient tout le trajet bien à droite. Le siège n'est pas confortable. Il maîtrise de mieux en mieux le difficile passage des vitesses. Le temps est ensoleillé et doux. Peu avant Cazères, André vient à la rencontre des randonneurs et jusqu'à Saint-Girons surveille le retour. C'est très sympathique. Après Sainte-Croix, dans la grande ligne droite la maréchaussée est en poste avec la jumelle. Pas de risque aujourd'hui de flagrant délit d'excès de vitesse avec les dieselistes.

A 19h 10 c'est l'arrivée à Saint-Girons. Pas une goutte d'huile ni d'eau n'aura été perdue.
Seul le niveau de gas-oil a légèrement baissé dans la soute.

A Audinac, après un chahut de bon aloi, les jeunes se sont endormis.

 

 

               - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Partager cet article
Repost0

commentaires