Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2019 4 12 /12 /décembre /2019 19:52
Le grand Farmall anglais tracte la petite moissonneuse batteuse de Harsewinkel.
Le grand Farmall anglais tracte la petite moissonneuse batteuse de Harsewinkel.
Le grand Farmall anglais tracte la petite moissonneuse batteuse de Harsewinkel.
Le grand Farmall anglais tracte la petite moissonneuse batteuse de Harsewinkel.
Le grand Farmall anglais tracte la petite moissonneuse batteuse de Harsewinkel.
Le grand Farmall anglais tracte la petite moissonneuse batteuse de Harsewinkel.

Le grand Farmall anglais tracte la petite moissonneuse batteuse de Harsewinkel.

Claas Europa ou le retour de la moisson.

 

Une fois de plus, Hugo avait déniché un oiseau rare, La moissonneuse d'André dit le roi de la plaine. Ce grand mécanicien avait récupéré cette machine chez Roger à Montjoie il y a plusieurs années déjà. Que voulait-il en faire? De plus le moteur avait gelé. Il n'avait pas été difficile d'en trouver un autre. Pour ce modèle la grande maison d'Harsewinkel était allée s'approvisionner chez Perkins de Peterborough. André disait depuis des mois qu'il voulait vendre cette moissonneuse. C'était sans doute une lubie passagère qui l'avait fait saliver un temps. Concours de circonstance faisant, il était allé voir Hugo jusque dans son travail chez Dijeaux et l'entreprenait constamment:

-achète moi cette machine, elle est complète, c'est celle là qu'il te faut.

Diable, il en demandait 1000€!

Hugo de consulter son moniteur qui lui disait, n'y met surtout pas ce prix là, personne n'en veut de ces bécanes.

Le roi de revenir à la charge on ne peut plus souvent. Hugo, fin limier lui rétorquait qu'il allait avoir des ennuis diplomatiques dans son entreprise, en plus c'est une Claas vous vous rendez compte, nous sommes chez Kuboata, ici! Il le laissait mariner entre deux serrages de boulons et finalement la situation se débloque le 4 décembre.

-C'est bon, le prix a baissé. Il faudrait aller la chercher dimanche mais je préfèrerais que nous la prenions en remorque jusqu'à Lorp parce qu'il y a pas mal de travail avant de la remettre en route, les courroies ne sont pas en place , il n'y a pas de batterie, le moteur n'est pas prêt.

-le porte lame est relevé?

-oui, il est même verrouillé avec deux cales.

-les pneus peuvent faire le trajet?

-oui ils sont en bon état et gonflés.

-et la direction ne perd pas le nord?

-non pas de jeu dans les rotules ni dans le boîtier.

-il faut enlever les diviseurs.

-c'est fait; capot moteur, diviseurs, grilles et quelques autres accessoires sont en vrac à charger indépendemment;

-combien pèse la bête?

-un peu moins de 3 tonnes.

-alors, c'est bon, va pour dimanche après midi. C'est le Géant de Doncaster qui aura l'honneur de remorquer la belle Claas. Ce sera en tout d'après midi, les jours sont courts, pas une minute à perdre.

Dimanche 7 décembre.

La veille le programme a été mis au point. Il faut ête à la Coume à 13h30. La batterie du B sera chargée, les niveaux seront faits, le giro sera en place.

-je viendrai avec le Mercédès pour charger le vieux moteur , Lou sera avec moi (cf l'article le rallye de Salles sur Garonne).

-Marcel sera aussi des nôtres pour escorter le convoi.

Le beau soleil va bien aider la fringante équipe qui se retrouve au complet à la Coume à 13h40.

Hugo embarque la barre de remorquage et une sangle.

Le B selon sa grande habitude galope à grandes enjambées vers Eycheil. Du plus loin que la vue porte, que voit-on? Le roi au bord de la route à côté du rond point de la boulangerie et qui alerté par le bruit fantastique du beau moteur International, est aux aguets.

-bonjour, André où se trouve donc cette vieillerie?

-tout à côté , ici dans le hangar.

-ah mais nom de nom, elle n'est pas en position de départ!

-bah, ce n'est rien à faire, tu vas la prendre par l'essieu arrière, l'amener sur la place et la reprendre par devant.

-le porte lame est bien verrouillé en position haute?

-dame oui,regarde, il y a une grosse cale de chaque côté.

-le pneu arrière droit est un peu sous gonflé.

-hé, c'est une machine qui sort des ateliers du roi de la plaine, pas des usines Claas.

-ah, je me disais aussi....

Comment allons nous l'atteler par devant? La barre sera trop courte. Alors, Hugo, avec la sangle tu vas la passer à l'essieu et la barre viendra ensuite. Ce n'est pas l'idéal mais il n'y a guère d'autre solution.

La sortie du hangar est un jeu d'enfant. Le B remorque la petite verte comme une trotinette, Hugo ressemble à un professionnel aguerri avec sa salopette bleue typique. Sur la place, les promeneurs se massent autour des véhicules peu courants. Martine et Claudine, d'anciennes connaissances viennent faire la causette. Maguy bloquée quelques secondes avec sa voiture patiente gentiment. André la rassure et lui dit que c'est le gang des moissonneurs qui opère.

Sangle et barre sont arrimées. Le remorqueur se place devant la Claas. Rouge devant Vert n'est pas habituel mais c'est pittoresque.

-Hugo, il y a du frein dans cette mécanique?

-oui, ils répondent.

Nous devons faire gaffe car avec cet attelage qui n'est pas rigide il ne faudrait pas que tu viennes bousculer l'International dans une décélération. Nous ne sommes pas trop dans les normes pour faire la route.

C'est le départ.

André se place au centre de la route pour ouvrir la voie aux curieux engins. Alain a rejoint les équipages et avec sa Kangoo se met en serre file. Marcel est devant avec sa jeep ornée de deux gyro phares puissants.

Tout de suite il appert que l'ensemble est très roulant. Pas de bruit de quincaillerie du côté de la Claas et le Doncaster est heureux de déplacer un peu de poids pour une fois. Il va leur en remontrer!

Lou est avec le pilote. Il a pour mission de transmettre les informations entre remorqueur et remorqué et de signaler les baisses de tension éventuelles du jeune conducteur de la MB. Le B prend la quatrième à petit régime. L'ensemble est fluide, il n' y a pas d'à coups. Hugo tient bien sa droite bien que la machine ne soit qu'à deux mètres hors tout. C'est un petit modèle l'Europa, ne l'oublions pas!

Au rond point de Carrefour la quatrième est conservée mais à tout petit régime. La petite côte de l'Arial est gravie tranquillement. Deuxième rond point au relais de Guzet, Hugo maintient la tension en freinant légèrement. Lou, le radio en fait, surveille machinerie et conducteurs et donne quelques indications , tu peux accélérer un peu, au rond point pas trop vite, Hugo se sent moins sur.

Troisème rond point à la pharmacie Talobre. Il y a bien longtemps que la petite Europa ne s'était payée une telle sortie. Beaucoup d'automobilistes regardent ces engins tantôt avec des yeux incrédules, tantôt avec des yeux rieurs. De son trot allègre l'attelage frémissant avance lentement mais surement. Marcel se gare à plusieurs reprises pour laisser passer les voitures. Il sait convoyer, ça se voit et ça rassure.

La portion le long du Salat est abordée prudemment, il y a quelques autos qui dépassent dans un bruit de moteur rageur. Pourquoi être pressé, c'est dimanche après tout?

Voici la petite côte avant le pont de Saint-Lizier. Le Maire occupé à décorer le terrain en bordure de route, salue gentiment les fous du tracteur.

C'est tout juste si le moteur BD 264 régule avant d'arriver au rond point. Il lui en faut davantage pour le secouer à ce pachyderme. De temps en temps dans les décélérations inévitables la barre et la sangle se détendent. La barre racle le goudron mais les pilotes rétablissent vite la situation et les aussières se retendent en douceur. Hugo manipule les freins avec maestria. Il a du travailler chez Brembo!

Dernière petite descente derrière Intermarché et c'est la grande ligne droite avant l'usine de Lorp où la mécanique verte sera garée le temps d'être remise en route dans la base secrète d'Autrefois le Couserans.

Sous le hangar de Lorp, la mythique écluse de Panama, le ronflement du B rappelle que pendant des décennies les immenses semi-remorques ont franchi ce détroit terrifiant pas à pas. Murs et charpente résonnent encore du lointain echo des grands maxi codes qui allaient charger des papiers fins et soyeux ou amener des matières premières.

Encore deux enjambées et l'Europa est remisée sur le terre plein en surélévation au bord du Salat. Là, elle recevra bientôt les premiers soins et gagnera très prochainement Montardit par ses propres moyens. Encore un petit folklore en perspective.

Tout le matériel d'arrimage est embarqué par Marcel et Alain. Pour le retour du B, Lou est invité à le piloter. Il en bavait d'envie. Il est un habitué des Rallyes à grande vitesse. La Coume est vite gagnée et le géant de Doncaster regagne son repaire. Il s'est amusé comme jamais le bougre, les convoyeurs, n'en parlons pas.

Alors Claas, avec tes moissonneuses batteuses d'abord tractées de l'après guerre puis automotrices, tu es devenue très vite la firme spécialiste du matériel de récolte en Europe. Tes innombrables machines, Junior, SB, Huckepack, Columbus, Europa, Consul, Matador, Mercator, Senator parmi d'autres sont entrées dans la légende sous l'oeil bienveillant de Cérès qui veille au grain.

 

       - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Partager cet article
Repost0

commentaires