Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 21:43
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.
Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre.

 

Rimont, le message des calandres, dimanche 29 septembre 2019.

 

Loïc, de Montesquieu Avantès, un jeune et grand fervent des tracteurs anciens, participant depuis plusieurs années à Autrefois le Couserans, avait lancé l'idée d'aller à la 11ème foire de Rimont. Excellente idée, ami Loïc, c'est dans notre coin et c'est un joli village. C'est une nouvelle occasion de faire sortir les tracteurs. Le projet a vite pris tournure.

Combien serez vous demandait-il?

De la base de Lorp, il y aura 6 engins, 4 de l'usine et 2 d'Aurélien.

Il faut être en place au plus tard à 10 heures. Je m'occupe de l'inscription aux repas.

Bonne nouvelle; Jean-Baptiste vient avec son 302 nouvellement acquis et son Fahr. Son voisin Jérémie vient avec son Utility. Hugo ne pouvait manquer d' être de la partie, il se pointe avec 4 engins. En voilà un qui sait recruter ses chauffeurs.

A 7h 40, les équipages sont à Lorp. Damien a eu une petite panne d'oreiller et quelques minutes se sont envolées. Le temps de sortir les tracteurs de leur repaire, d'ajouter du gas oil au Perkins et au 137, la pendule toque 8h 15. Encore un arrêt à la station essence pour ajouter du combustible au TEA 20 et le périple est entamé. Aurélien et Gaetan ont pris les devants. Avec plus de 20 mn d'avance, la résolution du problème est simple, ils sont irratrapables.

Aux commandes Damien sur le F 137 en pole position, Polo sur son fidèle TEA 20, Jean-Claude sur le Perkins et Marcel sur le géant de Doncaster. En serre file, Berlinette avec à bord Cybèle la mascotte, dans sa loge arrière.

Le journée s'annonce magnifique, elle le sera.

Pour ce matin, il est décidé d'emprunter la D117 vu qu'il n' y aura pas trop de traffic. La prévision sera bonne. Les autos peuvent facilement dépasser. Cette magnifique route, ex RN 117 Bayonne Perpignan, a fait l'objet d'améliorations de grande qualité dans les années 80. Quand on songe qu'il fallait un peu plus d'une heure pour gagner Foix en poid lourd pour une distance de 44km!

A Lescure, Marcel se gare, il y a un peu de fumée qui s'échappe du bouchon de remplissage d'huile moteur. Rien d'anormal. Le B est comme une baleine, de temps en temps il expectore! Damien, ne voyant pas le n° 3 à l'arrière, fait demi tour pour venir aux nouvelles. Du coup, il perd sa place de leader, le B mène la danse, la vitesse moyenne progresse légèrement. Le petit gris tourne à plein régime ce qui n'est pas pour déplaire à Polo qui est on ne peut plus heureux. Le Perkins est à l'aise au milieu du rouge et du gris. Il a trouvé un nouveau maître avec Jean-Claude qui ne veut plus le quitter et qui exulte.

A 9h 15 Rimont est en vue. Au premier croisement il faut virer à droite et prendre la descente vers Combelongue. C'est une arrivée triomphale dans ce site magnifique. Les tracteurs gagnent la pelouse de toute beauté derrière la salle des fêtes. Les stands du vide grenier sont installés ainsi qu'un marchand de chaussures en face de l'entrée. Le cheptel bovin est représenté par des génisses et vaches limousines, premier effectif bovin de l'Ariège depuis de nombreuses années.

Les concessionnaires Deutz-Fahr et Kubota sont présents. Leurs tracteurs font bon ménage avec les anciens. Le public peut admirer les évolutions technologiques.

JB de Lescure est déjà arrivé ainsi que Loïc avec son Deutz et son Fahr. Son grand-père a été requis pour en conduire un. Quelques instants après des pétarades tonitruantes parviennent sur le champ de foire. C'est Hugo et son équipe intrépide qui débarque. Il prend un malin plaisir à faire pétarader son Vendeuvre DD tout ravi de faire sa première sortie en public avec cet outil. Lou sur sa monture de course, le F 237 fait rugir son moteur mais ne peut rivaliser en décibels. Il y a en tout une belle panoplie de 18 tracteurs sagement alignés sur la verte et grasse pelouse. L'accueil est des plus chaleureux.

La matinée passe agréablement. C'est l'occasion de faire les retrouvailles habituelles et de papoter avec le monde rural très attaché à ces rencontres rituelles.

Vers 12h30, après les mots de bienvenue officiels, le repas est servi dans la salle et sous l'auvent monté pour la circonstance devant les tracteurs. C'est un repas pantagruélique qui ravit les convives. Quel moment de détente des plus agréables. Il ne sera pas loin de 15h lorsque le dessert est dégusté. Après tout, rien ne presse aujourdh'ui.

L'après midi, quartier libre. Les visiteurs, heureux de se rencontrer, évoluent de ci de là. Il fait chaud, la buvette ne désemplit pas. Les jolies génisses sont très appréciées du public. Une multitude d'enfants monte sur les tracteurs à l'arrêt. Il faut en aider quelques uns à se jucher sur le Farmall géant de Doncaster.

En bout de ligne, Jérémie de Pobusca a démarré son utility F 235 attelé à une remorque portant un joli brabant Goizin. Ses amis le taquinent et se moquent de son beau Mc-Cormick. Il ne s'en laisse point conter, le jeune propriétaire et de répondre: IH un jour, IH pour toujours!

Hugo fait tourner son Vendeuvre. On ne peut qu'être en admiration en écoutant le son cristallin de l'AS 500 , un modèle glorieux parmi tant d'autres de la célèbre firme de Vendeuvre sur Barse. Damien et Jean-Claude font quelques petites virées à faible allure sur le site.

JB démarre à plusieurs reprises son 302 de la Société Française de Matériel Agricole et Industriel de Vierzon avec une facilité étonnante. C'est qu'il vient de le reconditionner tout recemment. Ce moteur est régulé de manière parfaite.

Insensiblement les rangs du public s'éclaircissent. Ceux du vide grenier plient leurs étalages. Les limousines sont embarquées dans les bétaillères. Les conducteurs sont invités à rejoindre leurs volants. Il faut remorquer l'utility d'Aurélien pour le démarrer et lui envoyer quelques doses discrètes de “ventoline”. Une épaisse fumée bleue est expirée par le brave moteur. Avec Gaetan, il prend les devants et comme ce matin part par la 117. Le groupe des 3 de Montesquieu, des 4 de Saint-Girons et des 4 de Montardit s'élance à la conquête des km du retour à 17h20.

Rimont atteint, c'est la direction de Montesquieu qui est prise. Les Vendeuvre et Fahr sont les moins rapides. Dans les côtes il y a un peu de fumée bleue noire qui s'élève. A Lescure la bétaillère menée par le Kubota dépasse le groupe. A Montesquieu, au Bourch, le premier étage de la fusée se détache, l'équipe de Loïc rejoint son port d'attache, après le lieu dit la Baraque, c'est au tour du détachement de Hugo de prendre vers la droite pour traverser le village, rejoindre le hameau de Seillé et la route de Montardit. Les Saint-Gironnais continuent pépère leur trajet. André est derrière Berlinette. Damien fait parfois mine de s'impatienter et fait des mimiques au volant du B qu'il conduit ce soir. Marcel est en tête et ouvre la route avec prudence et doigté. Polo maîtrise parfaitement le petit gris qui tient son rang. Jean-Claude a des chevaux de reste. Le Perkins est dans sa contrée natale, ici, il est natif de Chateauvert.

Au stop de Monjoie, les vitesses ont craqué sur le B et le Perkins. Allons, il faudra que leur propriétaire fasse une petite séance de passage des vitesses règlementaire.

A Saint-Lizier, la descente de la côte de La Basterne est menée prudemment. Le pente est raide. Polo sait que le Ferguson n'a pas de freins surpuissants et se tient à distance.

A 18h40 la base de Lorp est rejointe, pour 18km, comme ce matin. Le garage est ouvert et les héros du jour regagnent leur niche. Il faudra ausculter le circuit de refroidissement du F 137 qui laisse échapper de l'eau par le bouchon de radiateur.

Bravo Rimont et grand merci d'avoir invité les tracteurs. Pour ceux de Saint-Girons, il semble que ce soit une année record des sorties, c'est une véritable grande vadrouille!

 

              - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Partager cet article
Repost0

commentaires