Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2019 4 25 /07 /juillet /2019 07:03
       Prat, le rendez vous du marché,
       Prat, le rendez vous du marché,
       Prat, le rendez vous du marché,
       Prat, le rendez vous du marché,
       Prat, le rendez vous du marché,

Prat, le rendez vous du marché,

 

 

Françoise, du restaurant de la place à Prat avait dit au printemps; pourquoi ne viendriez vous pas avec les tracteurs un dimanche matin au marché de Prat? Il faut absolument dynamiser cette activité qui a démarré non sans mal il y a un an.

Il n'y a aucun problème, nous sommes à côté et en deux coups d'embrayage nous arrivons. Tout le monde y trouvera son compte, les tracteurs, les conducteurs, les commerçants et le public.

Ce sera pour le dimanche 28 juillet, avait-on appris de source officielle.

L'information avait vite circulé, la presse s'en était fait l'echo, avec la participation d'Autrefois le Couserans était-il précisé.

Très vite l'équipe s'était constituée. Hugo et Aurélien avaient été requis avec leur matériel. Christian tout à coté préparait son 235 row crop. De Lorp, il n'en partirait pas moins de 5. Georges de Caumont ne pouvait lui non plus manquer cette sortie. Le samedi après midi les frères Someca de Salucie annonçaient qu'ils rejoignaient le groupe. La mayonnaise avait bien pris.

Rendez vous était fixé à 8heures à la base secrète d'Autrefois le Couserans. Pour une fois ce n'était pas de trop bonne heure. Les intrépides dieselistes étaient habitués à des horaires beaucoup plus matinaux. Les moteurs commencaient à ronronner mais voilà qu'Aurélien téléphone de Saint-Girons en indiquant que Hugo ne vient pas (il s'est couché très tard et n'étant pas encore coutumier d'un entraînement de légionnaire ne pouvait se lever très tôt) et qu'il se trouve orphelin.

Je viens te chercher s'écrie Cyrrhus, tu ne vas pas manquer une sortie pareille. Georges déboule sur ces entrefaits;

vous partez bientôt?

Le temps d'aller chercher Aurélien à Saint-Girons et c'est bon.

Je vous attends à l'eglise de Caumont.

Un télégramme de Thierry précise qu'il est à la Basterne, un autre de Jonathan qu'il ne peut amener le 137 car ayant les rotules un peu fatiguées, il louvoie dangereusement et il a fait demi tour.

A 8h 30 le convoi s'élance par Sentaraille. Jean- Claude sur le Perkins, Polo sur le 137, Ghislain sur l'Hispano, Marcel sur le B avec Damien comme passager, André sur le TEA 20 et Thierry sur le SOM 40. La berlinette Citron est en serre file avec Aurélien en réserve et la mascotte Cybèle. Polo découvre avec émerveillement qu'il y a une sixième vitesse dans la boîte du 137!

A Caumont, point de Georges, il a déjà pris les devants. C' est un homme impatient, notre propriétaire de l'Allgaier, ce ne sont pourtant pas encore les vêpres!

La route est belle et calme. Les mécaniques trottent allègrement. Qu'elles sont gracieuse ces grandes roues motrices qui font de longues enjambées et semblent envoyer des messages. A Gaujac la D117 est traversée prudemment pour prendre l'ancien tronçon par Sucre. L'arrivée sur la place de la Halle est triomphale. Personne ne s'attendait à voir un tel déboulé d' antiques montures menées par des chauffeurs hilares et insouciants. Le row crop et Georges qui n'avait pas attendu le peloton, sont déjà là.

Une fois les présentations d'usage faites, Aurélien accompagné de Ghislain va chercher ses deux joujoux; l'utility Super FC-D et le Deutz D 15, dans leur repaire, l'ex garage de “Féfé” Razès.

Les 10 tracteurs sont bien là, joliment alignés le long de la halle. Pour la circonstance il y a aussi la petite ferme; brebis, ânes irlandais, poney.

Le petit déjeuner est offert. Les tractoristes après ce périple sportif ont bon appétit. La matinée va s'écouler délicieusement. Le monde afflue. Les mains se serrent, bises de ci de là, les papotages vont bon train, les connaissances habituelles se retrouvent. Autour des commerçants, ça s'active. Avant midi il n' y a déjà plus de pain!

Quelques moteurs démarrent, manière de montrer au public les différences de décibels. Les enfants montent à bord et sont épanouis. Une dame, semble-t-il fort experte, fait observer avec un regard pétillant de malice que le siège bleu de l'immense Farmall anglais n'est pas d'origine. Vrai! Dépêche du midi et Petit journal sont là. L'événement sera relayé.

Après le repas offert sur place, Aurélien est escorté par l'Hispano et le Perkins pour leur donner un petit complément de gonflage. Georges est déjà reparti sans attendre le groupe. Aurait-il peur que la nuit lui tombe dessus, il n'est que 15 heures?

A Caumont, traversée de la départementale avec grande prudence sous l'oeil attentif et compréhensif des automobilistes beaucoup plus nombreux que le matin.

La chenille atteint l'usine un peu avant 16 heures, le TEA 20 , le Perkins et le 137 sont remisés dans leur local. Thierry après des adieux émouvants rejoint Salucie avec son puissant Someca.

Pas d'inquiétude, dans 8 jours il faut remettre en route pour l'éblouissant défilé de Saint-Girons.

Alors finalement ce marché, pas mal du tout, Georges l'aurait dit, oui ça a bien marché!

 

    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -        

Partager cet article
Repost0

commentaires