Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2018 4 15 /02 /février /2018 20:20
La succursale de Saint-Dizier.
La succursale de Saint-Dizier.
La succursale de Saint-Dizier.
La succursale de Saint-Dizier.
La succursale de Saint-Dizier.
La succursale de Saint-Dizier.

La succursale de Saint-Dizier.

 

L'architecte et le mécanicien.

 

 

La haut à la Coume les ferrailleurs de la Tracpaco manquaient cruellement de place . Le petit garage de 70m2, bien campé sur ses solides fondations était plein à craquer : 8 tracteurs en état de marche y étaient logés, serrés comme des sardines, plus un moteur Bernard sur chariot, quelques motofaucheuses, 2 petits moteurs sur socle, une étagère de rangement, la servante d'atelier sans oublier un stock phénoménal de cales de toutes tailles qu'affectionnait particulièrement Cyrrhus. Il y avait toujours une roue à démonter, un essieu à lever et ces ustensiles basiques étaient indispensables pour mener à bien les différentes tâches.

Dans cet antre la place était si bien comptée que le travail des mécaniciens s'apparentait à celui des sous mariniers eux aussi très limités en place dans leurs exercices savants. Contorsion entre moteurs et roues, franchissement de chassis étaient coutumiers pour les travaux d'entretien et de réparation.

A l'extérieur bien du matériel dormait aux quatre vents au grand désarroi, de leurs propriétaires. Certes le terrain, bondé d'outils, donnait l'impression d'une activité fébrile mais néanmoins il convenait de mieux abriter les précieuses mécaniques.

Hugo avait eu la gentillesse de faire don d'un petit barnum léger peut-être mais très efficace. Ghislain avait amené trois petis camions de tout venant et voilà la plate forme prête en trois coups de pelle.

La structure fut très vite montée et 4 tôles en bac acier constituèrent un petit hangar de 3x2,4 tout mignon, bardé sur les côté par des panneaux en bois tressé de 1,75 x1,75m. Rempli, il en fut vite à l'automne 2016, et complètement ; pas moins de 2 moteurs et de 8 motofaucheuses. Cruel destin, lors du violent coup de vent du 8 février ce malicieux Eole eut la malencontreuse audace de souffler si fort que le frêle esquiff se renversa ! Coup de chance, rien ne fut abîmé, la coquille s'étant retournée d'un quart de tour. Les tôles enlevées pour l'alléger, il fut derechef remis sur pied et cette fois ci les platines furent bien ancrées au sol avec du scellement chimique.Cet épisode était clos.

Pour agrandir les aires de stockage les architectes en herbe décidèrent de monter un tunnel de 8x11m. La structure avait été trouvée à Lacourtensourt chez un ancien maraîcher grâce à Ludo de Verfeil. En juillet la carcasse avait été ramenée, arceaux, pieds, entretoises, barres. Par ce beau et très chaud dimanche 27 mai une équipe de 4 baroudeurs avait fini de monter la super structure. Lors du montage des trois premiers arceaux il était apparu qu'il y avait eu une erreur de comptage des brins. Ludo alerté avait appelé son voisin qui avait pris le second lot et avait bien vu qu'il lui restait des morceaux en trop. Ludo, dévoué, s'était empressé de ramener les 4 manquants lors de l'assemblée générale d'Autrefois le Couserans le 27 novembre.

La structure avait belle allure, malgré un terrain parsemé de rochers du côté d'en haut d'où une relative difficulté pour la mise à niveau des pieds. Le Farmall super FC-C, la sauterelle avait prêté main forte pour déplacer la botteleuse Guillotin et la lieuse Mc-Cormick dont le timon n'avait pas résisté à la traction pourtant légère. Les tronçons avaient été faciles à emmancher, 3 architectes levaient ensuite l'arc et un quatrième sapiteur plaçait les quatre étrésillons intermédiaires et une sangle à cliquet reliait ensuite le tout. Un gros maillet en bois servait à taper de ci de là pour que les emboîtements arrivent à fond de cale.

Quel magnifique travail ! Restait enfin à placer quelques fils de tension pour éviter tout déboîtement. Dans une prochaine étape il faudrait en placer tous les vingt centimètres pour constituer un joli dôme. Ainsi la bâche ne fera pas de poches. Les monteurs fort heureux de leur résultat, soufflaient quelques instants à l'ombre du grand frêne et se disaient non sans une certaine fierté, nous pouvons poser candidature chez Eiffage, les constructions modulaires sans rivetage, ça nous connaît ! Les structures de type mécano sans soudure ne nous font pas peur !

Finalement, malgré cette grande surface de stockage, l'aire sera vite pleine. Le matériel bien rangé avec un couloir central pour bien manœuvrer va largement occuper toute la place et au moins lorsqu'il y aura une opération de chirurgie dans le hangar supérieur les coudées seront un peu plus franches.

-Marcel, il y aura deux arbres à couper pour mieux dégager la serre et éviter des chutes de bois intempestives.

-Bien reçu, à l'automne il y aura un peu de bois de chauffage en perspective.

Hé le géant de Doncaster ; ton endurance a été mise à rude épreuve en restant depuis deux hivers dehors. Tu seras bientôt logé dans un abri bien douillet !

Après avoir placé deux fils de tension et enlevé les sangles, rangé le matériel, les grandes manœuvres tiraient à leur fin.

Les bâtisseurs, heureux de leur architecture, convenaient qu'il y avait encore de la place pour trois arceaux ! Tracteurs et serre faisaient bon ménage.

Verrait – on un jour le bout de tunnel ?

 

          - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Partager cet article
Repost0

commentaires