Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 20:07

 

Périple au Mas d'Azil. Samedi 29 avril 2017.

 

 

 

Début mars Benoît avait proclamé : le Mas d'Azil deuxième édition de la foire de printemps, rassemblement vieux tracteurs et vieilles voitures le dimanche 30, foire rurale le lundi 1er mai. Vous venez avec les tracteurs ?

Oh que oui et même par la route comme en août 2010. Nous viendrons à trois.

Parfait, vous pouvez venir le samedi après midi et les loger au garage municipal.

Le samedi matin le Renault 7013, le B 450 et le super FC-C sont affrêtés. André, Marcel, Ghislain requis depuis plusieurs jours sont prêts au départ. Le convoi s'élance à 14h 30. Les pleins sont faits, surtout celui du super FC-C dont l'appétit est une légende bien vraie. Benjamin est de la partie. Le temps est splendide . La promenade s'annonce fantastique.

Ghislain avec le Renault ouvre le festival, suivi d'André avec la “sauterelle” et Marcel en serre file. Le goelette suit le tout. Par Montjoie et Montesquieu le trajet est des plus beaux. Qui des tracteurs ou des conducteurs est le plus heureux ? A la croix de Montesquieu Benjamin grimpe à bord du Farmall essence. Il y restera jusqu'à Clermont. Une seule automobile avait été rencontrée mais beaucoup d'habitants auront vu le beau convoi qui avait toute latitude pour ce faire admirer dans ces paysages grandioses.

Après Clermont la grotte est vite atteinte, franchie par la route d'Allières et le Mas d'Azil rejoint à 16h. C'est ce qui avait été annoncé à Benoît. Il n'en revient pas. Vous êtes meilleurs qu'à la SNCF s'écrie-t-il !

Qui sait, nous sommes peut-être les génies du train (routier) !

Les précieux tracteurs sont rentrés dans l'immense entrepôt, site de l'ancienne usine de meubles.

Martial est déjà là avec son Fahr et son Agria. Denis arrive avec son Fordson et son SOM 40. Vers 18h l'équipage de la Tracpaco rejoint Saint-Girons. Rendez vous est pris pour le dimanche à 8 heures.

Dimanche 30 avril .

Sitôt arrivés les lutins s'affairent autour des moteurs. Il est décidé de tirer le B à l'air libre pour le démarrer dehors. Sinon son démarrage spectaculaire dans le garage risquerait d'enfumer le local pour la journée et les propriétaires des autres tracteurs ne pourraient les y dénicher !

Les engins agricoles viennent du Mas et des environs, de Lasserre et de Salles sur Garonne par la route, de Longages (2 camions), de La Bastide de Sérou. C'est un exploit de réunir autant d'outils motorisés au Mas d'Azil. Bravo à l'association.

Sur le terrain de sport, lieu du rassemblement du jour, l'activité commence à être effervescente . Les voitures arrivent en grand nombre, il y en a une centaine, puis les tracteurs, 65, se mettent en place dans un ordre soigneusement préparé par les arpenteurs de Benoît. Sur la pelouse parfaitement tondue le rassemblement est du plus bel effet. Les spectateurs et accompagnants sont très nombreux à se prélasser tout autour des beaux véhicules de collection. Les voitures ont toutes leur petite fiche signalétique ainsi que quelques tracteurs. Le temps est magnifique et permet de prendre un bon repas sur place par une température des plus clémentes.

Le matin deux groupes de voitures, l'un vers Camarade, l'autre vers le Carla Bayle, font une petite virée dans ces belles régions. L'après midi ce sera au tour des tracteurs de faire un tour de ville. Someca, Fordson, Renault, MF, Mc Cormick, Vierzon,Pampa ne manquent pas d'être admirés, certes dans un passage lent et bruyant mais néanmoins majestueux.

Un peu avant 17h le temps se gâte. Déjà dans l'après midi le soleil piquant et de gros nuages menaçants laissaient entrevoir une perturbation. Le vent se lève, quelques gouttes de pluie apparaissent. Les voitures partent, les tracteurs rentrent à l'écurie. En deux temps trois mouvements le camp est levé. Sitôt solidement harnachés sur les camions et remorques, ceux de Longages repartent. Demain une grande journée les attend à Ondes.

Lundi 1er mai.

C'est aujourd'hui le volet rural sur la très jolie place centrale, lieu des premières fêtes du mois d'août il y a quelques années. Le temps est revenu au beau. Sous les platanes tous les animaux sont soigneusement parqués et attachés. Brebis, chevaux, ânes, cochons, gasconnes constituent une vitrine remarquable de l'élevage local. Bravo aux éleveurs si méritants. La tonte des brebis s'effectue sous l'œil émerveillé des touristes.

Sur la place centrale de nombreux stands de produits locaux donnent une touche très dense à cette remarquable foire. Les chiens de chasse sont à l'entrée de la place. Un simple coup d'œil suffit pour s'apercevoir qu'ils sont dans un état de santé impeccable.

Les tracteurs au fond sont moins nombreux que le samedi. Un échantillonnage de 11 modèles ne laisse plus une once de goudron disponible. Ils se feront admirer lors de la parade en ville peu après 16 heures. Les engins modernes des concessionnaires locaux invités eux aussi sont présents.

A midi grand repas sous le chapiteau à côté du terrain de sport. Une véritable ruche et quel moment de grande convivialité !

Et l'homme de la sono, à ne pas oublier, un excellent animateur équipé d'un très puissant matériel qui fera le tour de tous les stands et aura à cœur d'interviewer tous les intervenants. Admirable !

Que de monde toute cette journée dans ce lieu charmant. Un peu avant 18 heures les rangs commencent à s'éclaircir. Chacun s'affaire de son côté. Il faut songer à regagner le gite. Les tractoristes s'activent autour de leurs moteurs. Frank et ses mécaniciens rejoignent Lasserre. Il leur faudra un peu plus de deux heures. Ceux de Saint-Girons après des adieux émouvants s'apprêtent à quitter le bourg si accueillant. Un chauffeur a changé. Ghislain ne pouvant être de la partie est remplacé par Jean-Claude de Montjoie. Recruté sur place la veille, il est ravi et honoré d'une telle mission !

A 18 heures le petit détachement gravit la côte de la sortie de la cité. L'ensemble est majestueux, souple, presque doté d'une démarche féline. Jean-Claude conduit le Renault. Avec sa boîte qui n'est pas des plus maniables, c'est un excellent instrument de découverte des subtilités de la “pignonnerie” à crabots! Le Farmall de Saint-Dizier chantonne de son refrain inégalable. Il a fallu rajouter un gallon d'essence avant de repartir. André est rassuré. Le B 450 , tel le gros Percheron puissant et placide garde en réserve son immense force. Il restera en quatrième tout le long du trajet. Allons, les moteurs ont de l'allant ! La côte de Lamothe, bien que longue est franchie entièrement en quatrième. Cyrrhus est ravi et sourit aux anges. Il est heureux de voir les pur- sangs de son écurie trotter avec une telle allégresse.

Dans la côte de Lescure Jean-Claude se gare sur le côté et demande si le petit sémaphore qui s'est subrepticement allumé au tableau de bord est une alerte à la température.

Que nenni le rassure le propriétaire du 7013. Un petit coup de cafard de la génératrice, tout simplement. Ton moteur ne chauffe point ,tu peux y aller franco.

Le convoi repart, passe en trombe la belle ligne droite de Montesquieu, serpente avec grâce les virages d'Audinac jusqu'à Saint-Girons traversée triomphalement. La côte de Saudech jusqu'à La Coume est gravie en troisième. L'étape se termine à 19h55 au repaire. Il aura fallu 2 heures pour 29 km. Mission accomplie, les mécaniciens sont heureux. Déjà il se murmure que si la fête de Saint Croix a lieu en septembre, une belle épopée se prépare avec quelques tracteurs supplémentaires.

Le grand Farmall à essence, stoïque et indétrônable aura dévoré un peu plus de 40 l d'octane ! Il semblait dire ; à grandes enjambées, gros appétit, n'est pas Farmall qui veut !

Grand merci à Benoît, Edouard et tous leurs assistants pour l'organisation et le succès de ces deux journées mémorables.

 

                      - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.
La ruralité dans toute sa splendeur.

La ruralité dans toute sa splendeur.

Partager cet article
Repost0

commentaires