Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 21:16
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!
Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!

Antic Agri 2016, des souvenirs impérissables, des tracteurs de toutes les couleurs. Une gigantesque déferlante de Grands et Petits Rouges!!!

 

 

 

 

La déferlante des Grands Rouges

 

 

 

 

 

 

La houle avait grossi de jour en jour. Déjà dans les réunions de préparation de l'extraordinaire manifestation, la liste s'allongeait toujours davantage. Il en venait de partout de ces tracteurs tant attendus.

-allons nous pouvoir les loger tous demandaient les inquiets ?

-le champ n'est pas encore plein répondaient les enthousiastes !

Le programme, l'immense programme était déjà sur les ondes depuis plusieurs semaines et sur le site de labour passion. Les affiches et flyers déjà distribués à tout va eux aussi. Les sigles IH se profilaient partout.

L'organisation avait été méthodique ; une grande allée centrale, les tracteurs en cercles concentriques tout autour, le grand chapiteau en arrivant à gauche. Sous le bosquet, les vieux métiers et sous celui des robiniers, la petite ferme. Le PC toujours au même endroit. Au bord de l'immense champ de maïs l'aire de l' hélicoptère pour les baptêmes de l'air.

Pour les rouges, il était convenu de les classer par pays:US, Angleterre, Allemagne et France. Du Japon et d'Australie il n' y en aurait probablement pas, dommage.

Le président tenait la liste à jour avec un grand soin et même un cahier fort détaillé. La sono de Jean-Paul avait été requise puisqu'il se disait qu'elle était capable d'envoyer les décibels avec grande force.

Le dimanche 28 juillet est le début de la dernière phase d'approche. Une compagnie de légionnaires casqués et gantés s'active au nettoyage du champ de manœuvre. Trois gyros pulvérisent chaume et broussailles. Quelques hallebardiers équipés de leur incontournable “échartous” élaguent les chênes et expédient les quelques dernières ronces récalcitrantes. Le champ qui sera labouré dans 8 jours est même en cours d'arrosage! Durant le reste de la semaine toute la logistique se met en place ; électricité, eau, sanitaires, buvette, chapiteau, traçages au sol. Il faut que jeudi les tracteurs soient en place.

Le jour J. Samedi 3 septembre.

Il n'est pas encore 8 heures. Le soleil commence à éclairer le théâtre. Les couleurs sont magnifiques. La journée comme les précédentes s'annonce torride. Le calme règne encore. Le spectacle est saisissant, époustouflant même. Le rêve s'est concrétisé! L'esplanade est farcie de tracteurs, en majorité des Rouges! Quel rangement et quelle émotion !

En périphérie se trouvent les modernes ; les grands américains, les moissonneuses batteuses, les quad trac, les Case IH. Les plus vieux, Titan, Mogul, MC-Cormick Deering sont au milieu. Sur la portion de droite, les autres marques et les moteurs fixes. A l'entrée du terrain l'immense grue tient en otage amical le petit F 137D de Jacques, un petit Cub est juché sur le podium. Le ton est donné.

Jean-Michel et Baptiste mettent une dernière touche au rangement des géants.

Les modèles allemands sont les moins représentés ; 217, 219, 326, 439, FCN. Les British forment une travée cossue : B450, B250, 634, 414. Quand aux français, ils forment une panoplie impressionnante, du Cub aux 1255 et 1455 il y a de quoi se délecter.

Pour les Case, n'oublions pas que cette marque prestigieuse est aussi à l'honneur, sa représentation est plus modeste mais néanmoins significative : un beau VAK, un fabuleux 15-25 et le magnifique CF 250 attelée à sa superbe moissonneuse batteuse JF.

Les américains, tels de braves pachydermes , étonnent énormément.

Le programme est entamé. Le public arrive peu à peu. Eric ouvre les débats avec une sono qui cette fois ci répercute les ondes au lointain! L'appareillage de Jean-Paul est au top.

Très vite le concours de labour des motoculteurs démarre. Les participants sont peu nombreux. Que faire pour rendre cette épreuve plus attractive?

L'histoire de IH et de Case bat son plein. Comment faire pour coordonner ces deux énormes affaires? Oh, heureusement que les magnifiques engins, 178 quand même,(gris, rouges, Ivoire et Rouge) facilitent énormément la tâche. L'ascension de Mc-Cormick et Deering, leur fusion en 1902, la progression de Case avec les machines à vapeur, les batteuses, les gros tracteurs, le tout parsemé de quelques anecdotes célèbres (l'incendie de Chicago, l'aigle chauve Old Abe à l'origine du logo de Case) et le débat est enflammé. Les interlocuteurs viennent poser des questions, d'autres sont interviewés à brûle pourpoint, les spécialistes du club LTR( les tracteurs rouges) sont de précieux auxiliaires. D'un peu les tracteurs se mettraient à parler durant ce show exceptionnel.

Pour tout raconter sur les gammes , il aurait fallu une journée ! Ils y étaient tous ; du Cub, aux F puis la série Common Market (23-24, 44 etc...). La calandre type gaufre, les pots siffleurs, l'agriomatic, presque tout y est passé, en abrégé. 946, 1046, 1246, 1255, 1455 n'ont laissé personne insensible et ont tracé une page glorieuse de la IH.

Les propriétaires des américains n'y sont pas allés de main morte ; 706, 806, 966,1066,Hydro 100, 1466, 1566, 4586, 5488 et le célèbre et unique en France 2x2 dit Snoopy paradent.

Les mythiques A,B, H, M, BM, BMD (avec leurs poulies), C brillent de tous leurs fanaux. Des visiteurs sont même émus jusqu'à la larme!

Puis la suite de l'histoire est rapidement brossée ; l'adoption du nouveau logo CASE en 1969, l'absorption de la Société Francaise de Vierzon en 1957, celle de Poclain en 1977 et la division matériel agricole d'International par Case Tenneco en 1983. La montée en puissance de Case sur le plan mondial et enfin son entrée dans le groupe Nex-Holland en 1999.

De ci de là les tracteurs circulent avec calme et élégance. Pendant qu'ils manœuvrent les fringants bœufs Salers robe noire de Rémi et François labourent. Ces deux splendides bovins de 4 ans allient force et obéissance.

L'équipe de Guytou officie au battage. La batteuse Société Française , maîtrisée par une équipe de choc fonctionne à la perfection. Ainsi le grain est dépiqué, il y aura farine et pain. Alain et Daniel travaillent la vigne. Comme par miracle des ceps ont poussé pour la circonstance !

A midi, nouveauté, le repas est servi sous le chapiteau. Quelqu'un avait-t-il dit que c'était le cirque ?

Il fait tellement chaud que JEF a eu l'ingénieuse idée d'arroser la toile. La température est délicieuse.

Il est 15 heures lorsqu'il faut se remettre en piste. Quelques propriétaires rejoignent leurs engins et lancent les moteurs.

Malgré la densité du programme, il convient de ne pas éclipser les autres marques qui constituent le noyau dur d'Antic-Agri : Someca, Deutz, FIAT, SAME, Renault (beau panel par rapport à 2015), Energic, Fordson, Ferguson, Massey-Ferguson, Allis-Chalmers, Pampa, Lanz, Vierzon et l'énorme D8 Caterpillar. L'âme de Labour Passion, c'est eux. Les nombreuses charrues attendent sagement leur tour, il y a de l'épreuve dans l'air.

Les gros moteurs fixes des intrépides mécaniciens sont mis en route l'un après l'autre ; le gros 9 cylindres Duvant , le Diesel Industrie, le Sulzer, le Duvant horizontal. Qui d'autre qu'à Longages peut aligner un tel panel? David, Didier, Le Charentais officient et tels les mécaniciens du temps de la vapeur s'affairent autour de leurs leviers, de leurs manettes, de leurs vannes sans aucune fausse note.

Les grands Rouges font des démonstrations de travail du sol. Les Diesels rugissent. Cette terre à force d'être affinée devient certainement sainte... Chaque atelier fait son activité. Le labour à traction humaine attire du monde. Tous ces jeunes ont un tel entrain qu'ils ne s'arrêtent pas en bout de raie et manquent renverser l'énorme Duvant. Oh, s'écrie Didier!

Eric annonce l'arrivée d'un hôte de marque Jean Cointe ancien concessionnaire IH de Gap venu tout exprès à Longages. Quel honneur pour Labour passion. Autre nouvelle de taille ; un camion International Lonestar de Dunkerke est attendu dans la soirée. Cette vague IH, une vraie déferlante!

Le soir un copieux dîner redonne de la force aux attablés après une journée si intense. JEF fait de l'animation pour le plus grand plaisir du public. Aïe le labour nocturne sera un peu retardé et aura lieu à 23h 30.

La soirée s'avance. Les uns regagnent leurs caravanes, d'autres leurs datchas et d'autres encore continuent la fête et s'essaient même à démarrer quelques tonitruants moteurs à boules chaudes. L'écho se propage loin, bien au delà de l'immense champ de maïs. Après tout Antic Agri ce n'est qu'une fois par an.

Dimanche.

L'atmosphère est légèrement embué d'une très fine poussière dorée, celle des astres de la IH.

Le camion International est bien là devant le podium. Son propriétaire raconte son passage à Longages après être passé à Gaillac pour embarquer un 624. Autant faire un détour en Haute Garonne pour se plonger dans cette délicieuse féerie.

Les ondes redémarrent très fort ; dire que samedi panne subite de sono. En fait c'est une panne totale d'électricité, le mutisme complet. David s'écrie ; la génératrice a grillé. En effet il y a un fort dégagement de fumée. Gégé et JEF accourent . Dans les coulisses c'est la consternation. Miracle, quelques minutes après tout redémarre. Fausse alerte un fil de la génératrice avait eu la diabolique idée d'aller se poser sur le pot d'échappement. Pas de pot ! Ampères et décibels reviennent.

Les inscriptions au concours de labour sont ouvertes pour un départ prévu à 9h30. Narcisse est le maître d’œuvre de cet important volet qui est un des fondamentaux de Labour Passion. Les parcelles ont été soigneusement tracées plusieurs jours avant. Seules les charrues traînées sont admises. Vingt participants ont pu mesurer leur talent et faire hésiter les commissaires pour le classement final.

Dans les coursives de l'immense esplanade des tracteurs, l'agitation commence à poindre. Aucun bijou ne manque. Quelques moteurs démarrent. Le magnifique Case 15-25 fait d'incessantes allées et venues. Quel symbole! Le Mogul dans l'allée centrale ne passe pas inaperçu. Plus d'un siècle d'histoire est concentré là.

L' équipe de Guytou est priée de se retrouver au battage, mais elle y est déjà. La magnifique Batteuse Vierzon avale goulûment les gerbes envoyées avec force cadence. Le spectacle est parfait,la mécanique est rodée et les hommes qui la maîtrisent sont des experts. D'aucuns se demandent même si cette mécanique n'a pas une âme?

Vers 10 heures, grande nouveauté, une jeune et belle speakerine s'empare du micro et fait un remarquable exposé sur le Cub devant une assistance médusée. Pendant ces quelques minutes seules les ondes caracolent . Son père de passage devant elle à ce moment là bloque net, surpris et fasciné par ce qu'il entend.

Les bœufs reviennent au labour. Ils ont passé une excellente nuit sous le petit bosquet en compagnie des autres animaux de la petite ferme. Huros et Houblon ont un air un peu farouche mais ce n'est qu'une apparence, leur force n' a d'égale que leur sagesse. On les dirait jumeaux.

Dans le vin la vérité, dit le proverbe . Qui sait ? Toujours est il qu'à Longages, terre de vignes naguère, la démonstration est brillante avec la charrue décavaillonneuse de Daniel et d'Alain entre les plants.

Un petit moment est trouvé, au milieu des intenses explications, pour relater l'extraordinaire histoire de Someca, FIAT, New-Holland et de faire le lien avec Case. Dans l'entourage du président les oreilles se tendent et les sourires s'épanouissent. Rien n'avait pu être dit ou presque en 2015. Voilà qui est corrigé.

Vers 13 heures, rassemblement sous le chapiteau pour ceux qui on réservé. Dans les 540 repas sont servis et quelles agapes ! Bravo au traiteur pour assurer une telle intendance. Côté buvette, c'est un peu la surchauffe devant une telle affluence.

Antic Agri est devenu une terre de pèlerinage !

L'hélico, lui non plus n'arrête pas une minute. Trois passager à bord, 6mn de rotation, la turbine n' a pas le temps de refroidir. Certainement plus de 15h de vol ces deux jours. Pour une première c'est un succès.

Si le samedi matin la dépêche était venu faire un article de presse, ce dimanche un peu avant midi FR3 vient interviewer le président qui brosse une excellente synthèse d'Antic Agri puis un membre de l'association est lui aussi questionné en posant sur le H, mythique parmi les mythiques. Hasard ou préméditation?

Rassemblement des chauffeurs pour le record de labour ! Devant la buvette Eric esquisse un plan de la bataille homérique ; les gars vous vous répartissez par 4 groupes de 7 et chacun dans la raie qui lui est attribuée et pas de bavures. Vous avez compris ? Heu, oui... L'enthousiasme est au zénith. Pendant l'épreuve le chenillard 120 C est heurté par un autre tracteur. Qu'importe, le record 2015 est battu à moins de 10mn. Pari engagé, pari tenu.

Les démonstrations battent leur plein. Les bœufs émerveillent le public massé devant le gros Duvant. Un si jeune bouvier pour les mener s'exclame -t-il !

André étonne avec sa planteuse Mc-Cormick tirée par le F 137D. Quelle mécanique ingénieuse. Les plants n'ont pas d'autre choix que de passer dans la goulotte avant de tomber dans le sillon . Que n'aura pas inventé Mc-Cormick?

Enfin dans le champ expérimental les Grands Rouges s'en donnent à cœur joie. Jean-Claude de Villeneuve met le 1255 sous pression. Cet outil est magnifique et rappelle que 1255 et 1455 ont fait un tirage exceptionnel de 16030 exemplaires pendant 17 ans au catalogue.

Baptiste, Valentin et Guillaume aux commandes de leurs Farmall de Rock Island sont fiers et scellent ces mémorables journées d'images gravées pour la postérité. Un bruit circule dans les allées que l'année prochaine il y aurait peut être un rare 756 4 roues motrices....

Le Quadtrac, relativement silencieux, modernisme oblige, referme la boucle de la sublime histoire du machinisme et des fabuleuses journées d'Antic Agri.

Peu à peu un nouveau brouhaha s'installe ; celui des tracteurs qui repartent, celui des chaînes, des rampes grinçantes, des cliquetis, des manœuvres, des matelots qui se hélent.

Tout est nimbé d'une fine poussière d'or sacrée.

 

Ils connaissaient le tracteur et le champ par cœur. Leurs mains, doigts écartés, se perchaient en papillon sur la boule douce et tiède du levier de vitesse qui leur trans mettait dans le bras, dans l'épaule et jusque dans le dos le clapotement feutré des pignons. Ils goûtaient dans l'harmonie du moteur régulier comme une horloge et du tintamarre inlassable de la transmission, une volupté dont ils gardaient le secret”

Si un homme peut descendre de son IH , IH ne peut sortir de cet homme !

IH un jour, IH pour toujours.

 

                                - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Partager cet article
Repost0

commentaires