Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 21:09
Salles sur Garonne, le coup d'envoi des Grands Rouges.
Verts, rouges, oranges, bleus se côtoient en toute familiarité. Les rouges commencent à faire parler d'eux!
Verts, rouges, oranges, bleus se côtoient en toute familiarité. Les rouges commencent à faire parler d'eux!
Verts, rouges, oranges, bleus se côtoient en toute familiarité. Les rouges commencent à faire parler d'eux!
Verts, rouges, oranges, bleus se côtoient en toute familiarité. Les rouges commencent à faire parler d'eux!
Verts, rouges, oranges, bleus se côtoient en toute familiarité. Les rouges commencent à faire parler d'eux!
Verts, rouges, oranges, bleus se côtoient en toute familiarité. Les rouges commencent à faire parler d'eux!
Verts, rouges, oranges, bleus se côtoient en toute familiarité. Les rouges commencent à faire parler d'eux!

Verts, rouges, oranges, bleus se côtoient en toute familiarité. Les rouges commencent à faire parler d'eux!

Salles sur Garonne, le coup d'envoi des grands éclaireurs rouges

Au départ de Saint-Girons à 7h 30, il y a une forte bruine pratiquement jusqu'à Sainte-Croix. Dire que le thème de la journée est le battage avec 3 moissonneuses batteuses des équipes de labour passion. Eric s'était fait un plaisir d'organiser cette réunion dans sa “patrie”.

Que les champs de céréales sont beaux ! L'année s'annonce bien. De ci de là quelques grandes parcelles ont été moissonnées. Peu avant d'arriver à Salles, voici André qui trottine avec son 835, plus neuf que s'il sortait de l'usine de Beauvais.

Où faut il se rendre pour arriver au point de ralliement lui fut il demandé?

Pas compliqué, premier chemin à droite en arrivant au village.

En effet la petite route, fort discrète, qui longe la Garonne débouche sur la place publique. Le soleil est sorti.

Bonjour les gars, les moissonneuses sont là ?

Oh non, la récolte est trop humide, il n'y aura pas de battage aujourd’hui.

Ah!

Sous les arbres en face de la mairie quelques tracteurs sont garés. Le 4020 John Deere de Jean trône au milieu avec le Bolinder d'Yves. André arrive puis Narcisse avec son SOM 40, suivi de Tony avec son Hanomag et Gérard et son Deutz attelé à une remorque. Guytou et Philippe sont déjà là avec leurs Lanz, Bernard avec son Pampa et Francis avec son 551. JEF déboule avec le Volvo polybenne et dépose le moteur Crossley. Jean au volant de son 4020 démontre l'extrême maniabilité de ce gros tracteur. Grâce à ses roues avant jumelées et sa direction assistée, il tourne sur place. Dans un ronflement fantastique les grands rouges de Peyssies détournent tous les regards: 716, 966,1466,1566 et l'énorme John Deere 8630 articulé. Les conducteurs respectivement, Baptiste, Damien, Valentin,Guillaume,Julien.Toute la famille de Michel est réunie. Seul le 756 dernièrement rescapé n'est pas de la fête. Encore convalescent et tremblant de son évasion spectaculaire de sa prison trentenaire le 3 juin dernier, c'est promis il sera à Longages pour le grand show des 3 et 4 septembre. Quel convoi!

Les jeunes conducteurs se font un plaisir de faire rugir leurs 6 cylindres. Oh il ne faut pas oublier le 633, restauré à neuf. Qu'il est mignon et semble si petit à côté de ses grands frère Farmall de Chicago! Lui aussi semble sorti d'usine.

André a bien sur amené son utility et Jean-Claude son incontournable F 137D. Ainsi le rouge domine. Le oranges ne s'en laissent point conter et tiennent bien leur rang sagement alignés en bordure, face au parking.

C'est l'heure du petit déjeuner. Tous les convives passent à table. Pour cette sortie la chemise brodée au sigle de labour passion est de mise. L'ambiance comme on peut s'en douter est des plus détendues. Le petit du déjeuner n' aura été que théorique.

Quelques spectateurs arrivent et viennent contempler ce beau matériel. Bientôt le chuintement caractéristique au départ de l'énorme moteur Crossley de Manchester retentit.Dès qu'il est assez lancé JEF enclenche la soupape d'échappement et le pot d' échappement exhale une épaisse fumée noire. Ça y est le Diesel est en combustion. Burette en main, l'homme de l'art huile soigneusement tous les mécanismes en mouvement. L'énorme volant de 7 tonnes qui emmagasine l'énergie cinétique permet la rotation du moteur à très basse vitesse. Et pourtant cette magnifique mécanique développe seulement 100 chevaux, mais nous ne sommes qu'en 1920!

C'est au tour des tracteurs de parader et de faire le tour de la commune. Les petits devant, les gros en serre file. Les chauffeurs des International, Baptiste, Valentin, Guillaume, Eric et Vincent sur le Molines sont souriants et prudents. Mais que diable le bruit des 6 cylindres est beau et émouvant!

Il n' y aura donc pas de moisson aujourd'hui quémande sans cesse le reporter?

Oh non, les batteuses ne sont pas de sortie.

Hé bé !

Eric provoque un petit attroupement. Attelé à son super SOM 40 , une jolie meule à eau actionnée par la prise de force officie. L'homme affûte si bien les couteaux que les clients font la queue pour lui confier leur opinel au tranchant un peu paresseux. Quelle réussite!

Vers 13 heures le repas est servi sous le chapiteau. Encore un moment de retrouvailles où sont relatées les dernières manœuvres et celles à venir. JEF explique qu'il est en peine de trouver des profilés de 800mm pour fabriquer les châssis des deux 6 cylindres Duvant ramenés de Bougival( cf. les articles des N° 57 et 58 de Tractorama). A côté de lui, Léon, un nouvel adhérent de Martes Tolosane, copain de Gilles, vient d'attraper le virus. Qui plus est Léon est professeur d'histoire et de géographie. Diable, voilà qui ne saurait mieux tomber. Désormais cher ami, vous serez chargé de faire des recherches sur certaines marques qui, pour si célèbres qu'elles aient été, sont trop discrètes sur leur prestigieux passé (par exemple Rivierre-Casalis, Garnier, Benac etc...) Ça vous va?

Après ces bonnes agapes, il faut tout de même revenir vers les tracteurs dans ce coin vraiment charmant. Le public charmé tourne autour des belles mécaniques et pose force questions notamment au sujet du Crossley. JEF l'a remis en route après avoir avoir insufflé une forte dose d'air comprimé à haute pression. Au préalable il a amené le piston au point mort haut grâce à la gouverne.

Les tracteurs repartent faire un deuxième tour de piste. Que cette petite commune est belle, sous un soleil éclatant maintenant.

Hé les voitures! Arrivées le matin, peu après les derniers tracteurs, Traction 11 BL, ID coupé, Porsche, Catheram se présentent sous leurs meilleures parures et feront elles aussi deux tours de piste. L'après midi la très jolie Porsche dans sa jolie robe jaune soleil fera une apparition furtive.

Déjà Guytou et Jean regagnent leurs pénates. Pendant que les autres Diésélistes préparent leurs montures et que ceux des Lanz chauffent les boules le petit reporter lie connaissance avec un habitant de Lavelanet et ses deux jolies filles, tous trois passionnés de ruralité. Le père, quand à lui, est un adepte de Longages depuis plusieurs années. Qui plus est, il est propriétaire d'un D35 et d'un 1046! Alors venez à Longages début septembre avec les tracteurs!

La place se vide, les grands rouges de la IH regagnent Peyssies. Philippe avec son Lanz n'est pas loin de chez lui. Yves, Tony et Narcisse repartent ensemble. Gérard clôture la séance en prenant en remorque le Deutz derrière son splendide 1150 MF. Au volant du Deutz, Audrey, avec au crochet la remorque à 4 roues.

Enfin JEF qui a rechargé le Crossley lève le camp.

Alors les gars, vous n'avez pas amené les moissonneuses batteuses de peur qu'une petite bruine gâche le temps, pourtant le soir en rentrant il y en avait deux qui moissonnaient vaillamment à la sortie de Salles, un grosse Laverda et une Claas!!!

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Merci pour les infos!!! En passant, bravo pour votre blog
Répondre
W
Merci Sonia pour votre commentaire. Cela vous a plu? Prochain épisode le fête de la Hierle le 10 juillet et ça continue. Grand merci à mes lectrices et lecteurs et que personne n'hésite à me demander des correctifs s'il y a lieu. William Deering.