Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 20:26
La Massey-Harris à l'oeuvre à Peillou, Saint-Lizier Ariège.

La Massey-Harris à l'oeuvre à Peillou, Saint-Lizier Ariège.

La lieuse et les deux paires de Gasconnes, Lorp, champ du chateau d'eau.

La lieuse et les deux paires de Gasconnes, Lorp, champ du chateau d'eau.

Dans la troisème photo la Massey-Harris est remisée dans la troisième écurie.
Dans la troisème photo la Massey-Harris est remisée dans la troisième écurie.
Dans la troisème photo la Massey-Harris est remisée dans la troisième écurie.
Dans la troisème photo la Massey-Harris est remisée dans la troisième écurie.

Dans la troisème photo la Massey-Harris est remisée dans la troisième écurie.

La Massey-Harris, la Massey-Harris!!!

Dans les années 60 le temps des battages s'estompait peu à peu et les moissonneuses batteuses avaient envahi les campagnes. En 1958 lorsque la première Massey-Harris d'Icarol d'Escoulis moissonnait à Bagens en bordure de la Nationale 117, presque tous les automobilistes s'arrêtaient pour voir évoluer cette splendide usine ambulante. Par ce beau jour de juillet la machine était attendue à Peillou. Père avait dit aux garçons; c'est pour aujourdh'ui les enfants. La machine va arriver d'un moment à l'autre et le grand plateau va être dépiqué.(chaque parcelle portait un nom; le grand plateau, le petit plateau, le pré de la côte, la bernère etc....)

-on pourra monter dessus Pa?

-Oui mais il ne faudra pas gêner le chauffeur ni Joseph et André qui seront à l'ensachage sur la plate forme.

-chouette!

Tout à coup un ronflement se fit entendre au loin dans l'allée des peupliers et la petite famille de s'écrier;

-la machine, la machine!

Un vaisseau extra terrestre n'aurait pas fait plus d'effet. L'engin rutilant monte la côte à petite vitesse. Elle est rouge, c'est une Massey-Harris, qu'elle est belle! Après les salutations de bienvenue, André et Joseph montent à bord et l'énorme moissonneuse-pour l'époque- rejoint le grand champ par l'allée des tilleuls. Aussitôt la merveilleuse mécanique attaque la céréale dans un magnifique tintamarre et une auréole de poussière qui surgit d'un peu partout. Le blé est assez fourni en paille et les bottes sont rejetées à l'arrière avec une cadence régulière. Mr Icarol fait des bandes d'une rectitude parfaite. Quel coup d'oeil! A l'ensachage le rythme est supportable. Ici les rendements ne sont pas ceux de la Bauce. De plus la vitesse d'avancement est faible. C'est que le petit moteur Peugeot d'une robustesse extraordinaire (cf. l'article Peugeot, une forte implication dans le monde agricole) remplit son contrat sans défaillance aucune. Ce mariage Peugeot Massey-Harris parfaitement réussi a laissé un sillage légendaire.

Ce blé, culture ancestrale et au symbole si fort, régnait encore en maître dans les exploitations. L'heure de la spécialisation allait pourtant sonner et souvent les patriarches, lorsqu'ils apprenaient que la céréale dorée et adorée allait disparaître de leur ferme s'écriaient avec hantise et colère; tu vas point faire de blé!

Les garçons étaient montés à bord du flamboyant navire qui oscillait avec grâce au gré des inégalités du terrain. Quelle joie de pouvoir enfin toucher de si près cette industrie grondante, tapageuse, poussiéreuse, cahoteuse, compliquée! Au dessus de la passerelle à sacs les énormes lettres en jaune; Massey-Harris ( une immense et passionnante histoire qui avait débuté en 1895 et qui apparemment n'était pas près de s'éteindre).

Lorsque un sac est plein, Joseph le laisse descendre par la glissière. Dans un moment Père et Joseph Estaque viendront avec le Perkins et la remorque charger la récolte précieuse.

-et là, Joseph, ce troisième sac qui se remplit moins vite, c'est quoi?

-les impuretés et les petits grains abîmés. Ce n'est pas bon pour faire de la farine, ça ira pour les poules.

Ah science du nettoyage et du tri!

Le chauffeur change de position et conduit debout de temps en temps. Les journées sont longues, très longues. Même s'il y a un assistant et que tout se passe bien, le travail est pénible. De plus tous les agriculteurs surveillaient avec un soin jaloux la propreté du grain et veillaient à ce que la paille soit coupée très courte. Gare aux cailloux que risquait d'attraper la lame ou qui avaient l'audace de monter dans le convoyeur. L'après midi s'étire et le grand champ ne sera pas fini. Ce soir il y a trop de rosée et il est décidé de stopper le chantier. La Massey-Harris va coucher dans la troisième écurie. C'est un événement! Le méticuleux chauffeur la recule mais ne peut la rentrer entièrement faute de plaçe. Il prend soin de dépoussiérer la grille du radiateur. La belle n'a rien à craindre, les habitants de la ferme veillent sur elle. Une telle aubaine n'est pas près de se renouveler.

Le repas du soir est fort animé et n'est pas sans rappeler les repas de battages, une des plus belles fêtes rurales. Le lendemain matin la machine est sortie de son nid à petite vitesse. C'est l' heure de l'inspection et de l'entretien avant d'attaquer une nouvelle et rude journée. Le champ fini la Massey-Harris repart de son trot léger et soutenu vers Sain-Lizier. Toute la famille la regarde s'éloigner avec gravité. C'est un beau moment qui vient de passer. Si le blé, peu adapté dans ces terres humides et acides allait être remplaçé par le maïs qui montait en puissance, c'était toujours une céréale et pas des moindres qui allait engager de nouvelles aventures.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Le blé en france en 2015, une production record de plus de 40 millions de tonnes et un rendement de 78 quintaux à l'hectare sur un peu moins de 6 millions d'hectares. 
Icarol d'Escoulis, toujours dans l'entreprise agricole, équipé en Claas. Cf autres article; Cérès, la grande déesse bleue de la moisson. La TX 62, la digne héritière des illustres Clayson.
Partager cet article
Repost0

commentaires